De la rédaction de code à la préparation d'interrogations : le programme Google in Residence envoie des ingénieurs dans des universités traditionnellement noires

Le programme Google in Residence (GIR) a été créé dans le but de favoriser la diversité dans le secteur des technologies. En collaboration avec les départements d'informatique des universités traditionnellement noires des États-Unis, ou HBCU (Historically Black Colleges and Universities), des ingénieurs logiciels expérimentés de Google passent quatre à cinq mois sur les campus pour y donner des cours d'introduction à l'informatique. Les étudiants de première année découvrent le codage et le débogage de base, les structures de données simples et l'utilisation de grandes bases de code. Ils acquièrent également une connaissance pratique du développement en équipe et du travail dans le secteur des technologies.

C'est ainsi que Scott Joseph, ingénieur logiciel chez Google depuis plus de quatre ans, est passé de la rédaction de code à la préparation d'interrogations et d'examens pour 94 étudiants de première année de l'université Howard de Washington, D.C.

En plus d'assurer une permanence quotidienne, il a encouragé ses élèves issus de cultures et de milieux très variés à postuler à des stages chez Google, organisant même des simulations d'entretiens pour les aider à se préparer.

Scott Joseph a trouvé particulièrement gratifiant de donner à ces étudiants des atouts pour réussir et de les voir obtenir d'excellents résultats. Il nous fait part de son exemple de réussite favori lors de ces mois passés à Howard :

L'une de mes élèves préférées venait souvent me voir pendant mes heures de permanence. Sa matière principale n'avait rien à voir avec les logiciels, mais elle suivait mes cours pour s'essayer à l'informatique, et elle avait envie d'en savoir plus et d'approfondir le sujet.

Nous venions d'aborder la récursivité, un concept assez compliqué pour les débutants. Cette méthode est comparable à la résolution de la suite de Fibonacci, mais certains de mes élèves n'étaient pas très bons en maths. Cette étudiante avait du mal à comprendre ce concept depuis plusieurs jours. Elle avait lu le livre, je lui avais expliqué le contenu de l'ouvrage dans mes propres termes, et j'avais même essayé une technique recommandée par d'autres formateurs GIR. J'étais contrarié par mon incapacité à lui enseigner la récursivité, car en règle générale, un élève qui ne la comprend pas en cache deux autres.

À ce stade, j'ai décidé de faire appel à mon instinct en me demandant comment moi, le professeur Joseph (car c'est ainsi que m'appelaient mes élèves, même si je ne m'y suis jamais habitué), j'enseignerais la récursivité. Ma solution a consisté à dessiner un organigramme reproduisant le comportement d'une trace de pile. Elle a immédiatement compris la récursivité ! Je lui ai alors proposé de résoudre un autre problème, cette fois sans mon aide. Dix minutes plus tard, elle avait trouvé la bonne réponse. Nous étions absolument ravis.

Les étudiants ne sont pas les seuls à tirer profit du programme GIR. Les ingénieurs devenus professeurs tirent eux aussi des enseignements qu'ils appliquent une fois de retour chez Google.

Scott Joseph organise des réunions mensuelles avec ses collègues ayant participé au programme en 2015 afin de discuter d'événements et de sujets d'actualité, tels que l'égalité des sexes et des races. Il participe davantage aux conventions nationales liées à la diversité, par exemple la conférence Grace Hopper, qui célèbre le rôle des femmes dans l'informatique.

"On ne quitte jamais vraiment le programme GIR, indique Scott Joseph. J'ai rencontré plusieurs fois les équipes internes et les postulants au rôle de formateur pour m'assurer que le programme continue sur sa lancée et que tous les Googleurs le considèrent comme un aspect important de notre culture."

Campus Google In Residence

  • Université A&M d'Alabama, Huntsville (Alabama)
  • Université Dillard, La Nouvelle-Orléans (Louisiane)
  • Université Fisk, Nashville (Tennessee)
  • Université de Hampton (Virginie)
  • Université Howard, Washington, D.C.
  • Morehouse College, Atlanta (Géorgie)
  • Université d'État Morgan, Baltimore (Maryland)
  • Spelman College, Atlanta (Géorgie)
  • Université d'État du Tennessee, Nashville (Tennessee)
  • Université Xavier de Louisiane, La Nouvelle-Orléans (Louisiane)

En savoir plus sur nos initiatives en faveur de la diversité

De la rédaction de code à la préparation d'interrogations : le programme Google in Residence envoie des ingénieurs dans des universités traditionnellement noires

Le programme Google in Residence (GIR) a été créé dans le but de favoriser la diversité dans le secteur des technologies. En collaboration avec les départements d'informatique des universités traditionnellement noires des États-Unis, ou HBCU (Historically Black Colleges and Universities), des ingénieurs logiciels expérimentés de Google passent quatre à cinq mois sur les campus pour y donner des cours d'introduction à l'informatique. Les étudiants de première année découvrent le codage et le débogage de base, les structures de données simples et l'utilisation de grandes bases de code. Ils acquièrent également une connaissance pratique du développement en équipe et du travail dans le secteur des technologies.

C'est ainsi que Scott Joseph, ingénieur logiciel chez Google depuis plus de quatre ans, est passé de la rédaction de code à la préparation d'interrogations et d'examens pour 94 étudiants de première année de l'université Howard de Washington, D.C.

En plus d'assurer une permanence quotidienne, il a encouragé ses élèves issus de cultures et de milieux très variés à postuler à des stages chez Google, organisant même des simulations d'entretiens pour les aider à se préparer.

Scott Joseph a trouvé particulièrement gratifiant de donner à ces étudiants des atouts pour réussir et de les voir obtenir d'excellents résultats. Il nous fait part de son exemple de réussite favori lors de ces mois passés à Howard :

L'une de mes élèves préférées venait souvent me voir pendant mes heures de permanence. Sa matière principale n'avait rien à voir avec les logiciels, mais elle suivait mes cours pour s'essayer à l'informatique, et elle avait envie d'en savoir plus et d'approfondir le sujet.

Nous venions d'aborder la récursivité, un concept assez compliqué pour les débutants. Cette méthode est comparable à la résolution de la suite de Fibonacci, mais certains de mes élèves n'étaient pas très bons en maths. Cette étudiante avait du mal à comprendre ce concept depuis plusieurs jours. Elle avait lu le livre, je lui avais expliqué le contenu de l'ouvrage dans mes propres termes, et j'avais même essayé une technique recommandée par d'autres formateurs GIR. J'étais contrarié par mon incapacité à lui enseigner la récursivité, car en règle générale, un élève qui ne la comprend pas en cache deux autres.

À ce stade, j'ai décidé de faire appel à mon instinct en me demandant comment moi, le professeur Joseph (car c'est ainsi que m'appelaient mes élèves, même si je ne m'y suis jamais habitué), j'enseignerais la récursivité. Ma solution a consisté à dessiner un organigramme reproduisant le comportement d'une trace de pile. Elle a immédiatement compris la récursivité ! Je lui ai alors proposé de résoudre un autre problème, cette fois sans mon aide. Dix minutes plus tard, elle avait trouvé la bonne réponse. Nous étions absolument ravis.

Les étudiants ne sont pas les seuls à tirer profit du programme GIR. Les ingénieurs devenus professeurs tirent eux aussi des enseignements qu'ils appliquent une fois de retour chez Google.

Scott Joseph organise des réunions mensuelles avec ses collègues ayant participé au programme en 2015 afin de discuter d'événements et de sujets d'actualité, tels que l'égalité des sexes et des races. Il participe davantage aux conventions nationales liées à la diversité, par exemple la conférence Grace Hopper, qui célèbre le rôle des femmes dans l'informatique.

"On ne quitte jamais vraiment le programme GIR, indique Scott Joseph. J'ai rencontré plusieurs fois les équipes internes et les postulants au rôle de formateur pour m'assurer que le programme continue sur sa lancée et que tous les Googleurs le considèrent comme un aspect important de notre culture."

Campus Google In Residence

  • Université A&M d'Alabama, Huntsville (Alabama)
  • Université Dillard, La Nouvelle-Orléans (Louisiane)
  • Université Fisk, Nashville (Tennessee)
  • Université de Hampton (Virginie)
  • Université Howard, Washington, D.C.
  • Morehouse College, Atlanta (Géorgie)
  • Université d'État Morgan, Baltimore (Maryland)
  • Spelman College, Atlanta (Géorgie)
  • Université d'État du Tennessee, Nashville (Tennessee)
  • Université Xavier de Louisiane, La Nouvelle-Orléans (Louisiane)

En savoir plus sur nos initiatives en faveur de la diversité